Arctic Love

Inari, Lapland - FINLAND 2016

          Tinja is a young Finnish woman living 180 miles from the nearest major town. After 6 years in southern Finland studying biology, she decided to leave the city and go back to Northern Lapland in the house she grew up as a kid. There, she now runs a dog sledding business and trains to compete in competitions around Scandinavia.

Her house is off the grid: she cooks and heats with a wood stove, lights her home with candles and has to break the ice of the river every morning to get her water with a bucket. Inside Tinja’s house is also a sauna where not only does she takes showers but also does the dishes and her laundry. It’s -37°C on this day of January, nothing unusual for Tinja who grew up in this arctic weather. Like every morning, she goes around the cages of her husky farm to clean up and feed her 85 dogs.

Despite the many emails she receives each week, she’s not looking for commercial profit: “I like being on my own with my dogs and horses. I think being alone is the most peaceful way of life there is. All this has come out of my love of animals, I didn’t set up a dogsledding business for commercial reasons, It’s about my own love of nature and living out here in the wild.

 

PHOTOS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           Tinja vit en Laponie, à 290km de la grande ville la plus proche. Après 6 ans d'études de biologie dans le sud de la Finlande, Tinja décide de quitter la ville pour retourner dans la maison où elle a grandit, au nord de la Laponie. Depuis, elle gère un petit business d'expéditions en chiens de traineaux et s'entraîne pour participer à des compétitions à travers la Scandinavie.

Ici, pas d’eau courante ni d’électricité: elle cuisine et chauffe sa maison avec un poêle à bois et se rend chaque matin à la rivière devant chez elle afin de casser la glace et y puiser quelques seaux d'eau. Nous sommes début janvier et il fait -37°C, rien de surprenant pour Tinja qui a grandi dans ce climat. Comme chaque matin, elle fait le tour des cages pour nourrir ses 85 chiens et vérifier qu'ils sont en bonne santé.

Malgré la forte demande et les nombreux e-mails qu’elle reçoit chaque semaine, Tinja ne cherche pas à s'enrichir: “J’aime être seule avec mes chiens et mes chevaux… Il n’y a pas de manière plus paisible de vivre qu’en pleine nature. J’ai lancé mon affaire de chiens de traineaux non pas pour l’argent, mais par amour de la nature et pour avoir les moyens de vivre ma passion dans les grands espaces. Les biens matériels m’importent peu, la nature me donne tout ce dont j’ai besoin pour vivre”.